jeudi 29 mars 2012

Promotion de l’entrepreneuriat : quels rôles jouent l’éducation et les médias ?


THEME « Promotion de l’entrepreneuriat : quels rôles jouent l’éducation et les médias ? »


JEUDI 09 JUIN 2011

Intervenants :

Modérateur :
Mr Prospérin RANDRIATSIALONINA (A.IFE.M)

La culture entrepreneuriale est vu comme un ensemble de valeurs et attitudes telles que l’autonomie, la perseverance, le goût du risque. Un ensemble de valeurs qui  peut être diffusé à travers l’environnement au sein duquel l’individu évolue : à commencer par la famille, la communauté; il peut également se propager via les médias et autres moyens de communication en général…

Chacun de nos intervenants ont exposé leur point de vue quant au thème.

Selon Madame Claudine RATSIMBAZAFY, Docteur en Science de Gestion, Enseignante à l’INSCAE, et Présidente de l’IFM (Etablissement d’épargne et de crédit de l’INSCAE) : « il faut faire germer la culture entrepreneuriale le plus tôt possible. »

Les lacunes du système éducatif traditionnel malgache ont été évoquées : en effet, ce système tend à former les jeunes à devenir des fonctionnaires ou à devenir des salariés plus tard. Il faut baigner les jeunes le plus tôt possible dans le monde entrepreneurial afin qu’ils puissent s’ouvrir à cet univers.

Et de nous informer qu’en effet, il existe des matières dédiées à l’entrepreneuriat qui peuvent dispensées à l’Université à l’exemple de celle intitulée « le comportement du manager » qui vise à faire attribuer le label de l’entrepreneuriat à l’individu.Dans les autres cours dispensés par Madame Claudine RATSIMBAZAFY, les étudiants sont également amenés à développer leur créativité (concrétiser les idées en entreprise) et à transformer l’innovation en action.

Selon Monsieur Frédéric RAKOTOVOAVY d’Actions Sans Frontières : « Le système éducatif  et les médias ne sont pas là pour créer des entrepreneurs »

Faisant une comparaison avec l’étranger, il relève que les médias nationaux se focalisent trop sur des sujets d’ordre sociaux, politiques, faits divers, … sans mettre l’accent sur les réalités économiques, et l’entrepreneuriat à Madagascar, les médias qui, cependant ont cette force sociale qui peut changer et diffuser les valeurs entrepreneuriale.

Ayant également appuyé notre précédente intervenante concernant les lacunes du système éducatif malgache, notre intervenant a ajouté que « l’entrepreneur n’est pas celui qui se satisfait des connaissances et des matières dispensées en cours, l’entrepreneur est celui qui crée ses propres connaissances. » Il faut donc voir au-delà de ce que nous connaissons afin de concrétiser nos rêves et nos ambitions.

Les réactions du public se sont enchaînées et il a été relevé :
-          Que ce qui manque chez les jeunes malgaches c’est la culture d’objectif : les jeunes n’ont pas assez d’ambition et ne rêvent pas en grand.

-          Que les compétences entrepreneuriales et l’éducation doivent être promues non seulement au niveau des différentes institutions (écoles, associations, médias, public,…) mais principalement au niveau de la famille et de la société. 

-          Que l’éducation est le moteur de l’entrepreneuriat, le fait d’étudier pourrait faire baisser le niveau de l’entrepreneuriat, car en effet, la mort de 30% des entreprises en France est due à une mauvaise gestion en général de ces dernières mais aussi à une mauvaise gestion de la trésorerie (le profit et le Chiffre d’Affaire qui sont confondus par l’entrepreneur).

Rédaction : CEE-RE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire