jeudi 5 avril 2012

Entrepreneuriat rural : axe de développement à exploiter ?


Thème : « Entrepreneuriat rural : axe de développement à exploiter ?»

Jeudi 12 janvier 2012
CITE Ambatonakanga

Intervenants :
Mme Tiana Eva RAZAFINDRAKOTO | ONG CITE
Mr Manitra RANDRIANATOANDRO | ECOTANANA
Mr Njaka RAJAONARISON | INBAR

Modérateur : Mr Prospérin RANDRIATSIALONINA | A.IFE.M

Depuis 1984, les définitions données à l’entrepreneuriat sont multiples et diverses si bien que jusqu’à ce jour, on n’arrive pas encore à se mettre en accord sur une qui est universelle. Il y en a qui se mettent en rapport avec les caractéristiques d’un entrepreneur, d’autres qui font ressortir les processus à suivre, mais selon la définition donnée par le modérateur de la table ronde, l’entrepreneuriat c’est le fait de trouver une solution à une problématique. A partir des problématiques, on trouve des opportunités d'affaires, en organisant les ressources et les allouer pour trouver des solutions aux problématiques. L’objectif en est de créer une valeur ajoutée. Conduire une discussion sur l’entrepreneuriat rural consiste donc à parler des opportunités existant en milieu rural et à la façon dont les ressources sont organisées par les entrepreneurs ruraux pour créer de la valeur ajoutée et résoudre les problématiques locales.

Plusieurs statistiques ont été avancées par les intervenants sur le monde rural, ce qui témoigne un peu de la difficulté à avoir des chiffres exacts concernant les activités entrepreneuriales rurales. Par exemple, sur la proportion de ménages ruraux à Madagascar, les statistiques varient de 70% à 85%.

Quoiqu’il en soit, l’objectif de cette édition de la table ronde est de chercher une piste pour développer cette population rurale.

INTERVENTIONS DES INVITES

1. Mme Tiana Eva RAZAFINDRAKOTO (Directrice du pôle accompagnement de l’ONG CITE)
Selon les chiffres à la disposition de l’ONG CITE, le secteur agricole représente 27% du PIB et emploie 80% des familles malagasy ; par conséquent, en parlant d’entrepreneuriat rural, on ne peut pas se passer d’émettre des solutions pour ce secteur. En effet, le CITE conduit des programmes visant au développement dudit secteur.

Facteur contribuant à la pauvreté rural
Quelques éléments ont été cités comme facteurs contribuant à la pauvreté rurale, tels que la dégradation du milieu agroécologique, l’isolement des communautés rurales coupées du reste de l’économie, et l’absence des biens de production comme la terre, le capital, mais également la compétence.

Axes de lutte contre la pauvreté en milieu rural
Compte tenu des facteurs mentionnés auparavant, l’ONG CITE intervient pour diversifier les sources de revenus (Activités Génératrices de Revenus) de la population rurale ciblée, pour compléter les sources de revenus à travers les actions d’entrepreneuriat extra agricoles, et pour mettre en place un environnement favorable au développement.

Conditions favorables à la promotion des TPE rurales
Outre les actions pour la population en générale, des programmes sont également mis en oeuvre pour les TPE en leur donnant accès aux services financiers, en leur facilitant l’accès aux services non financiers tel que l’accompagnement, et un accès au marché et au reste de l’économie.

Promotion de l’offre intégrée de services du CITE
  • Appui à la création et au développement de TPE
  • Appui-conseil
  • Appui à la structuration des groupements autour des filières de production
  • Formation
  • Appui à la commercialisation
  • Mise à disposition des informations : par mobile, par voie de media, …

2. Mr Manitra RANDRIANANTOANDRO (ECOTANANA)
Habitant d’un petit village et entrepreneur rural, il pratique la technique de compostage, de la récupération d’urine dans ses activités agricoles.

Environnement rural
Comme description de l’environnement rural, cet intervenant commence par étaler le problème de la faible productivité du secteur agricole due à des terrains escarpés et une technologie précaire. En outre, il n’y a aucun entrepreneur rural qui puisse être un exemple aux paysans pour qu’ils puissent s’en inspirer. Et à lui d’ajouter que le salaire journalier d’un paysan est actuellement de 2500 Ar.

Ce qui bloque l’entrepreneuriat rural
Selon son expérience en tant qu’entrepreneur rural, Mr RANDRIANANTOANDRO cite les points suivant comme les problèmes majeurs au développement de l’entrepreneuriat rural :
  • Insuffisance de stratégie pour acquérir des expériences pour exploiter de manière optimale ce que donne la nature
  • Manque de volonté pour passer de l’idée à la réalisation
  • La culture entrepreneuriale inexistante
  • Pas de sécurisation
  • Pas d’accès au financement
  • Pas d’encadrement

Solutions proposées
En tant qu’homme de terrain, les solutions avancées par cet entrepreneur rural tournent autour de deux axes :
  • Une Politique agricole meilleure de la part du gouvernement
  • Un renforcement de capacité pour les paysans surtout en termes de production

3. Mr Njaka RAJAONARISON
Dans sa description de l’environnement rural, Mr RAJAONARISON rajoute d’autres points aux éléments déjà évoqués par les intervenants précédents :

Problèmes internes (Aux paysans)
  • Faible création de valeur ajoutée
  • Goût du risque des ruraux très relatif
  • Manque d’entreprise de transformation
  • Prédominance du secteur informel donc difficile d’appuyer ces entreprises

Problèmes externes
  • Vide non comblé laissé par le désengagement de l’Etat
  • Filières mal organisées
  • Circuit commercial dominé par les collecteurs
  • Inexistence de cadre institutionnel et de cadre politique pour sa promotion

Pistes à creuser
  • Développement des services d’appui (financier et non-financier)
  • Développement des activités non-agricoles
  • Cadre et environnement incitatif

L’intervention du premier responsable de INBAR s’est terminée par un petit exposé sur les opportunités dans la filière bambou à Madagascar. Ainsi il a été mentionné qu’un programme est en cours pour la promotion du bambou dans la grande île. Beaucoup d’utilisations sont possibles tels que l’alimentation animale, les meubles, les accessoires artisanaux.

IDEES CONCRETES A METTRE EN OEUVRE
Malgré les difficultés que rencontrent les entrepreneurs du milieu rural, il y a beaucoup d’opportunités à exploiter aussi bien dans l’élevage que dans l’agriculture. Cependant, les ruraux ont besoin d’exemples à suivre mais également d’actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat moderne. En termes de sensibilisation, les grandes agglomérations telle que la ville d’Antananarivo peuvent organiser des rencontres comme le "Rendez-vous des Entrepreneurs", alors pourquoi ne pas en faire autant pour les petites villes avec les entrepreneurs locaux, il ne manque plus que l’initiative pour le faire. De surcroît, on peut prévoir un programme pour l’entrepreneuriat rural par les intellectuels pour créer une synergie entre les deux parties.

La promotion de l’entreprise sociale est aussi une bonne piste, en partant des ressources que les entrepreneurs ont en mains, et en sensibilisant la population et les formant sur les règles de savoir vivre par exemple pour améliorer l’attractivité de l’entrepreneuriat rural.

Bref, la promotion de l’entrepreneuriat rural ne s’arrête pas seulement aux responsabilités des entrepreneurs locaux, toutes les parties prenantes sont concernées, que ce soit l’Etat, les intellectuels, les différents organismes non gouvernementaux, ou la population rurale elle-même.

Rédaction : CEE-RE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire